Il y a déjà quelques temps que j’ai réalisé ma propre alimentation de table. Celle-ci me permet de délivrer des tensions 3.3V, 5V et 12V grâce à une alimentation PC recyclée. Ces tensions tombent bien, car il s’agit exactement des tensions utilisées par les différents capteurs, actionneurs et microcontrôleurs trouvables sur le marché. Cela permettra d’alimenter mes montages afin de les tester.

 

 

 

1.    Démontage

Je vous présente le boîtier d’alimentation de ma vieille tour (paix à ton âme, mon premier PC snif) :

Elle en jette ! :-)

Elle en jette ! 🙂

Pas mal de connecteurs sortent de cette alimentation (vive le Molex !) :

Au secours ! Plein de fils partout !

Au secours ! Plein de fils partout !

Ces différents connecteurs servent à ramener les tensions 3.3V, 5V et 12V aux différents composants de l’ordinateur. Les tensions 3.3V sont en règle général repérées par des fils oranges, les tensions 5V par des fils rouge et les tensions 12V par des fils jaune. Enfin, la masse commune aux trois tensions est repérée en noir.

DANGER ! ATTENTION AVANT D’OUVRIR LE BOITIER ! Les alimentations de PC sont équipées de gros condensateurs à l’intérieur. Le but de ces condensateurs est de tenir la charge et de stabiliser la tension au niveau du transformateur, apportant de la stabilité à la transformation de tension. Ces condensateurs restent chargés encore quelque temps après l’arrêt et le débranchement de l’alimentation. Après avoir vérifié le bon fonctionnement de votre alimentation, veillez à la débrancher et à ne pas l’utiliser pendant au moins 24h avant le démontage de celle-ci ! Cela vous évitera tout risque d’électrisation ou même d’électrocution !

Donc après avoir attendu la décharge des condensateurs, alimentation débranchée et inutilisée pendant plus de 2 jours, voici l’alimentation démontée :

Pouah ! Poussièèèère !

Pouah ! Poussièèèère !

On trouve une carte électronique avec l’ensemble des fils correspondants aux connecteurs d’alimentation de périphérique.

Va falloir démêler toute cette histoire…

Va falloir démêler toute cette histoire…

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  FUSION 360 – Création de vase en 3D [4/10] [VIDEO]

2.    Modifications

En avant les modifications ! Pour commencer, on va repérer les différents fils présents sur le connecteur d’alimentation de la carte mère.

C’est celui-ci, sauf qu’avant de le couper, on va faire un peu de repérage.

C’est celui-ci, sauf qu’avant de le couper, on va faire un peu de repérage.

Ce connecteur est très important, car certains fils nous servirons afin de créer des indications (témoins d’allumage et de veille, interrupteur…). On pourra en plus récupérer certaines tensions négatives pouvant être utile sur des montages basse consommation.

Voici le descriptif complet du connecteur d’alimentation de la carte mère.

Voici le descriptif complet du connecteur d’alimentation de la carte mère.

Il est important de prendre en note que si le fil vert (/PS_ON) n’est pas relié à la masse, l’alimentation ne s’allumera pas (il est possible de mettre un interrupteur pour commander cette allumage, ce que je n’ai pas fait, car il y a déjà un interrupteur sur le 230V à l’arrière du boîtier).

Allez, on coupe tout (connecteur carte mère et autres…) et on regroupe les couleurs ! Je mets les fils « spéciaux » de côté pour le moment.

De côté les spéciaux !

De côté les spéciaux !

Ensemble les oranges, rouge, jaune et noir !

Ensemble les oranges, rouge, jaune et noir !

Ensuite, on dénude et on fait de beaux brins. L’idéal étant de pouvoir les faire tenir dans un manchon. On les rassemble, car une alimentation de PC peut délivrer d’importants courants sur l’ensemble des fils (pour mon alimentation, le courant maximal sur 5V est de 30A par exemple !). Une section trop petite pourrait ne pas supporter le courant, d’où l’importance d’avoir « plusieurs chemins » pour une bonne répartition des courants en cas de surcharge (ça permet en même temps de recycler le matériel déjà existant).

Les beaux brins... Le plus compliqué est la masse qui comporte le plus grand nombre de fils.

Les beaux brins… Le plus compliqué est la masse qui comporte le plus grand nombre de fils.

Quelques manchons qui me servent à raccorder tous ces brins à des fils à grosse section.

Quelques manchons qui me servent à raccorder tous ces brins à des fils à grosse section.

Bon, ensuite, nous avons besoin d’une interface pour se connecter. Là, deux possibilités :

  • Agrandir le boîtier de l’alimentation (permet de rajouter des boutons, voyants, potentiomètres de régulation…).
  • Utiliser le peu d’espace disponible dans le boîtier.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Review sur la jonction P et nouveau Setup 3D [VIDEO]

Pour ma part, dans ce cas présent, je réalise une alimentation simple, sans limitations de courant et sans régulation de tension, je pars donc sur la deuxième option.

Humm…

Humm…

Après perçage de la tôle et fixation de fiches bananes, le résultat est plutôt correct !

Et bonjour les fiches bananes !

Et bonjour les fiches bananes !

Reste plus qu’à souder les fils aux différents connecteurs, ne pas oublier de raccorder le fil vert du connecteur carte mère à la masse et le tour est joué !

Bingo !

Bingo !

N’ayant plus tellement de place pour caser le ventilateur à l’intérieur, je fixe ce dernier sur le dessus de l’alimentation.

Ma jolie petite alimentation stabilisée de table ! :-)

Ma jolie petite alimentation stabilisée de table ! 🙂

 

3.    Tests

Un premier test m’a permis d’alimenter le ventilateur de l’alimentation (ah bah bravo !) ainsi qu’un disque dur SATA connecté à un PC en externe (données uniquement, masses communes). Ce qui fut un succès : disque reconnu par le PC et traitement des données. Le disque dur était donc suffisamment alimenté et l’alimentation n’a pas crashé. J’ai également vérifié les tensions à vide données par l’alimentation :

Tension de la sortie 3.3V

Tension de la sortie 3.3V

Tension de la sortie 5V

Tension de la sortie 5V

Tension de la sortie 12V

Tension de la sortie 12V

A vu d’œil, les valeurs de tensions ne sont pas exactement de 3.3V, 5V et 12V. Cependant ces tensions ont l’air très stables (aucune variation à noter « à vue du multimètre », je n’ai pas testé sur oscilloscope).

Ressources

Ma ressource principale est une vraie mine d’or sur le sujet du recyclage des alimentations ATX en alimentation de laboratoire / de table :

Ce lien regroupe l’ensemble des projets français concernant le recyclage des alimentations de PC (les liens vers ces projets se situent en bas de page).

Le tableau décrivant le pinout du connecteur carte-mère vient de SouterWeb.

 

BenTeK.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This