La semaine dernière a eu lieu le Pi Day ! En effet, tous les 14 mars, c’est la journée de Pi due au format de la date aux US : 03/14. Pour cette occasion, la Raspberry Pi Foundation a sortie une nouvelle version de la Raspberry Pi 3 Model B : La Raspberry Pi 3 Model B+.

Alors, que signifie cette version estampillée d’un “plus” ? Qu’apporte-t-elle concrètement ? Vais-je l’acheter ? Faut-il sauter le pas ? C’est ce qu’on va voir dans cet article.

Caractéristiques techniques de la Raspberry Pi 3 Model B+

Raspberry Pi 3 Model B+ Comparaisons

Comme on peut le voir, les grandes nouveautés se situent au niveau du contrôleur Ethernet et de l’architecture processeur. En effet, on passe enfin sur un contrôleur Ethernet en Gigabit ! Ça va ravir les possesseurs de réseau Gigabit à la maison ! En effet, la concurrence était depuis longtemps passée au Gigabit (je pense aux Beaglebones, et aux Banana Pi par exemple). Et c’est une caractéristique que j’attendais depuis longtemps sur Raspberry !

Ensuite une autre grosse nouveauté se situe au niveau de la connectivité sans fils : Bluetooth 4.2 et compatibilité avec les nouvelles normes Wifi, dont le Wifi N sur la bande des 2,4 GHz. Les débits théoriques sont aussi plus élevés : 50 Mb/s sur la bande 2,4 GHz et 100 Mb/s sur la bande des 5 GHz. On a également droit au Wifi AC !

Ensuite la troisième grosse nouveauté, c’est le changement d’architecture processeur. En effet, la Raspberry Pi 3 Model B+ passe à un processeur ARM 64 bits. Ce changement d’architecture est dû au remplacement du SoC qui passe du Broadcom BCM2837 au BCM2837B0. On gagne en puissance (passage de 1,2 à 1,4 GHz) pour une gestion d’énergie optimisée. La Raspberry Pi 3 Model B+ ne devrait pas plus consommer que sa grande sœur. Seulement, avec ce changement d’architecture, je me pose énormément de questions quand à l’avenir de la Raspberry Pi.

Quels sont les apports d’une architecture 64 bits ?

L’ancienne architecture ARM 32 bits est capable de s’adresser à 2^32 adresses mémoires, soit 4 294 967 296, soit 4 Go. Sur une nouvelle architecture 64 bits, on peut monter à 2^64 adresses mémoires. Je ne vois pas en quoi ce gain peut être utile sur un ordinateur monocarte comme la Raspberry Pi. La mémoire RAM reste de 1 Go, et on va rarement monter à plus de 3 Go de mémoire swap. Du coup, je n’en vois pas d’utilité immédiate pour les applications tournant sur la Raspberry PI Model B+. Cependant, on peut d’ores et déjà imaginer une future Raspberry Pi 4 avec bien plus de RAM.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  AstroPrint sur Raspberry Pi avec écran tactile

Au niveau du système, afin de pouvoir exploiter pleinement l’architecture 64 bits, il faudra que les systèmes d’exploitation comme Raspbian se mettent à jour en version 64 bits. Actuellement, Raspbian ne possède pas encore son penchant 64 bits. Et en ce qui me concerne, je prendrai peur qu’elle sorte un jour. Un système 64 bits est muni d’applications tournant sur 16, 32 ou 64 bits. Les applications étant pour la plupart compilées pour des architectures 64 bits sont souvent plus lourdes et plus longues à charger en mémoire à l’exécution. Mais une fois ces applications lancées, elles sont censées être plus efficaces. Des applications plus lourdes impliquent de devoir utiliser plus d’espace de stockage.

Cependant, quand je vois mon Raspberry Pi 3 Model B ancienne génération ramer lorsque j’ouvre plus d’une application, je me pose de sérieuses questions.

Je crois que l’ère des ordinateurs monocartes va vivre le même rite de passage qu’on connut nos bons vieux PC de l’époque. Pendant un temps il va y avoir de nombreux systèmes 32 bits tournant sur des architectures 64 bits. Quelques aventuriers vont se laisser tenter par l’aventure et installer leurs propres distributions 64 bits. Puis, un beau jour, le 64 bits sera proposé par défauts lors du téléchargement des systèmes d’exploitation.

En tout cas, pour ma part, il n’y aura pas de gains immédiats sur le passage vers cette nouvelle architecture. Dans les mois à venir, peu, voir aucunes, d’applications seront exécutées en 64 bits sur ces nouvelles Raspberry Pi. Je pense (et là, j’extrapole !), que pour les ingénieurs de la Raspberry Pi Foundation, le défi était d’apporter plus de puissance et de performance pour une consommation électrique identique à l’ancienne génération. Une seconde raison pourrait également être le coût du SoC qui doit être tout aussi, voire plus, avantageux que le coût du SoC de la grande sœur. Et enfin, la troisième raison qui les a poussés à choisir ce SoC serait, toujours selon moi, de tâter le terrain des processeurs ARM 64 bits. En effet, les avancées technologiques nous poussent logiquement vers ce type de système dont les limites sont difficilement atteignables (contrairement aux systèmes 32 bits).

On voit bien en ce moment des constructeurs de cartes de contrôles machines CNC / Imprimantes 3D 8 bits ou 16 bits s’essayer au 32 bits ! Alors pourquoi pas une monocarte Raspberry Pi 64 bits ?

Connectivités sans fil et réseau Ethernet, du mieux ?

Oui, oui et oui ! En tout cas dans la théorie ! Effectivement, de ce côté là, si vous avez une box compatible avec les dernières normes Wifi en vigueur, la bande passante sera plus grande sur Raspberry Pi 3 Model B+ que sur l’ancienne version. Après, reste toujours le problème de proximité entre le Raspberry Pi et votre point Wifi. En effet, ce que je trouve malheureux, c’est que la Raspberry Pi Foundation n’a toujours pas prévu de connecteur pour une antenne Wifi additionnelle. C’est le souci sur Raspberry Pi 3 Model B et ça le sera aussi sur le Model B+. Soit vous avez votre RPi proche de la box, soit vous devez passer par un dongle Wifi USB muni d’une antenne pour avoir une réception des données convenables ! Après, tout dépendra, bien entendu du boîtier que vous utiliserez. Certains boîtiers ont le chic pour atténuer fortement le signal.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le Raspberry Pi 3 annoncé !

Ethernet

Pour ce qui est du Bluetooth, on monte en version, avec la version Bluetooth 4.2. Cette nouvelle norme toujours estampillée “Low Energy” s’adaptera à vos appareils Bluetooth de dernière génération. Ça sera notamment le cas avec les derniers smartphones qui, je le rappelle, en sont déjà à la version 5.0 actuellement. La grosse nouveauté ici sur cette version 4.2 (par rapport à la version 4.1 utilisée sur l’ancienne RPi3), c’est la gestion du protocole IP sécurisé à destination des objets connectés. Et ça, pour une gestion domotique sécurisée, c’est le top ! Donc une très bonne nouvelle pour la domotique sur Raspberry Pi !

Faut-il acheter le Raspberry Pi 3 Model B+ ?

Si tu possèdes déjà un Raspberry Pi 3 Model B chez toi et que tu en es content, la question ne se pose même pas. Si par contre, tu souhaites acheter un Raspberry Pi supplémentaire, il n’y a pas à hésiter en le Raspberry Pi 3 Model B et le Raspberry Pi 3 Model B+. Pour exactement le même prix, il faudra bien entendu préférer le B+.

Après, si on est en manque de performances sur son Raspberry Pi, et que l’on travaille beaucoup avec le réseau (je pense par exemple à un Raspberry Pi en mode serveur NAS avec une distribution AstroPrint ou OctoPrint pour piloter une imprimante 3D à distance, un de mes prochains projets), le Raspberry Pi 3 Model B+ est très intéressant. Évidemment, il faut posséder le réseau qui va avec derrière : Wifi 5 GHz ou réseau Ethernet en 1 Gbit/s. Et entre un modèle 3B et un modèle 3B+ au même prix, il n’y a pas à tergiverser ! Il faudra naturellement se diriger vers le Raspberry Pi 3 Model B+ !

Et enfin, si tu cherches un Media Center performant et gratuit (qui ne décode toujours pas le codec h265 !), ce Raspberry Pi Model B+ est également fait pour toi !

Bref, il n’y a pas de compromis à faire. Si tu veux découvrir l’univers Raspberry Pi : il vaudra mieux se procurer la dernière version, à savoir la Raspberry Pi 3 Model B+ !

Allez, sur ce, je passe commande !

Ben.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This